AccueilMusique

Musique

 
S'abonner à cette recherche dans une nouvelle fenêtre
Il y a 46 résultats dans le catalogue :
Musique
(0.22 secondes)
page 1
Type de document: CD OU Cours en ligne OU DVD OU E-Books OU Livres OU Presse en ligne OU Revues

Documents

Type de document: CD
CD
Afficher "Strike"
Editeur(s)
Tchookar
Année
2019
Résumé
Un groupe de Grenoble, sur un jazz universel !
Type de document: CD
CD
Afficher "Mink"
Editeur(s)
s.e.
Année
2019
Résumé
Une chanteuse lyonnaise, parfaite jazz woman : à connaître !
Type de document: CD
CD
Afficher "Sun on Sand"
Editeur(s)
Nonesuch
Année
2019
Résumé
"En 2013 avec Walking Shadows, Joshua Redman avait trempé son saxophone dans un bel arrangement orchestral signé du compositeur Patrick Zimmerli. Six ans plus tard, les deux hommes récidivent avec Sun on Sand, une suite dense dont chaque mouvement est, selon leur auteur Zimmerli, “une expression de la lumière”. Redman est accompagné par l’ensemble Brooklyn Rider, le bassiste Scott Colley et le percussionniste Satoshi Takeishi. Tout ce petit monde fait vaciller les frontières qui séparent jazz et musique contemporaine grâce à un alliage atypique de bribes picorées chez George Russell, Milton Babbitt, Michael Nyman voire Frank Zappa. Si de lumière il est ici question, c’est sous toutes ses formes. Du clair-obscur au plein soleil, le disque de Joshua Redman et Patrick Zimmerli est un nuancier de teintes assez originales. En 2019, le jazz orchestral n’est pas vraiment un genre surreprésenté, aussi leur initiative d’excellente facture mérite qu’on s’y attarde." © Max Dembo/Qobuz
Type de document: CD
CD
Afficher "Dièse 1"
Editeur(s)
CQFD
Année
2019
Résumé
"Des voix splendides et envoûtantes, au groove contagieux ! La rencontre de trois chanteuses, réunies par une amitié indéfectible et le désir espiègle d'unir leurs voix. Quand une contrebasse puissante et des percussions colorées s'invitent à dialoguer avec elles, on assiste avec ravissement à la naissance de Bloom ! Les voix, libres de toutes les originalités, osent s'aventurer là on ne les attend pas. Les univers musicaux de chacun et chacune s'entremêlent aux frontières du jazz, de la world, de la soul, de la pop, pour donner jour à une musique tout à tour exaltée, rythmé, épurée..."
Type de document: CD
CD
Afficher "Blue World"
Editeur(s)
Impulse!
Année
2019
Résumé
"Un peu plus d’un an après la sortie de Both Directions at Once: The Lost Album, session de mars 1963, le label Impulse! exhume un nouvel enregistrement inédit de John Coltrane. Enregistré le 24 juin 1964 entre les sessions de Crescent et d’A Love Supreme, avec ses fidèles Jimmy Garrison (contrebasse), Elvin Jones (batterie) et McCoy Tyner (piano), Blue World n’est pas un album comme les autres mais la musique d’un film. Ami de Garrison, le cinéaste québécois Gilles Groulx passe commande au quartet de Trane pour illustrer son prochain long-métrage, Le Chat dans le sac. Le saxophoniste s’exécute sans prévenir son label. A la fin de la courte séance, Groulx repart au Canada avec la bande sous le bras mais n’en utilisera que quelques minutes dans le montage final. Cinquante-cinq ans plus tard, toute la séance refait surface et l’on découvre un Coltrane toujours aussi inspiré, entre séquences hautement spirituelles et ponctuations plus fulgurantes. Le saxophoniste est dans une période de lâcher-prise avec les harmonies complexes et superposées. La suite le mènera même vers un abandon de l'harmonie occidentale. Ici, Coltrane est en pleine transition et la cohésion entre les quatre musiciens est invariablement renversante. Blue World propose notamment de nouvelles prises de titres gravés pour ses albums de 1960 : son tubesque Naima, qui illuminait l’album Giant Steps, mais aussi Village Blues et Like Sonny, deux pièces figurant sur son Coltrane Jazz. Sans être aussi essentiel que Crescent et A Love Supreme, Blue World reste un superbe document concocté par un quartet incapable de produire de l’anecdotique." © Marc Zisman/Qobuz
Type de document: CD
CD
Afficher "Rubberband"
Editeur(s)
Warner
Année
2019
Résumé
"Les bandes inédites de Miles Davis officiellement rééditées ne courent pas les rues. Raison de plus pour se précipiter sur celles que publient Warner Bros. et Rhino en septembre 2019. Évidemment, elles ne concernent pas vraiment l’âge d’or du trompettiste puisque datées de 1985. Cette année-là, Miles quittait Columbia, sa maison de disques attitrée depuis plus de trente ans, pour rejoindre Warner. Un déménagement d’autant plus étonnant qu’il avait renoué avec un certain succès commercial grâce à The Man With the Horn (1981), Star People (1983), Decoy (1984) et le très commercial You're Under Arrest (1985). En octobre, à 59 ans, il démarre donc l'enregistrement d’un nouvel album intitulé Rubberband à Los Angeles avec les producteurs Randy Hall et Zane Giles. Lors des séances, le trompettiste s'embarque dans une direction musicale radicalement différente en incluant des grooves funk et soul avec l'intention de recruter Al Jarreau et Chaka Khan. Mais l'album ne sortira pas, et Miles Davis concoctera à la place son fameux Tutu grâce à Marcus Miller, laissant les titres de Rubberband inédits pendant plus de trois décennies. Le trésor s’ouvre enfin. L'album a été complété par les producteurs originaux – Hall et Giles – et Vince Wilburn Jr., son neveu qui jouait de la batterie lors des sessions d’origine. Le son est 100 % 80's avec synthés à gogo et rythmique funky disco assez commerciale. Au point que certains morceaux, sur lesquels Miles est plutôt discret, ne sonnent aucunement jazz (surtout ceux portés par les voix de Ledisi et Lalah Hathaway). Impossible en tout cas d’écouter ce Rubberband (conçu avec les claviéristes Adam Holzman, Neil Larsen et Wayne Linsey, le percussionniste Steve Reid, le saxophoniste Glen Burris et le batteur Vince Wilburn Jr.) sans penser à cette période musicalement très typée. Mais sur certains thèmes comme See I See, la candeur des phrases de Miles reste impressionnante. Et tout au long de l’album, il lâche çà et là quelques envolées vibrantes. Assez en tout cas pour combler ses fans." © Max Dembo/Qobuz
Type de document: CD
CD
Afficher "Ballades"
Editeur(s)
JazzVillage
Année
2019
Résumé
"A 89 ans, Ahmad Jamal enregistre toujours. Il n’a plus rien à prouver. Guère besoin non plus d’étoffer sa discographie déjà pantagruélique de plus de 70 albums. Mais il grave dans la cire, régulièrement, la musique de son piano plus ample que jamais. Une petite musique inouïe, épurée et rythmée, qui a influencé des hordes de jazzmen. Comme son titre l’indique, le ton de Ballades (en français) est sans équivoque. Avec son fidèle bassiste James Cammack sur trois titres, Jamal réunit ici 10 pièces qu’il interprète en solitaire. Certaines sont même liées à son ADN comme le fameux Poinciana, qui ouvrait en 1958 son non moins fameux Live at the Pershing, et sur lequel il trouve toujours et encore de belles choses à raconter. Avec l’âge (dont aucun stigmate n’orne ses doigts), cette beauté est de plus en plus directe. Et sur Emily de Johnny Mandel, un thème cher à Bill Evans, le pianiste de Pittsburgh atteint de nouveaux sommets d’épure ; et de justesse." © Marc Zisman/Qobuz
Type de document: CD
CD
Afficher "Playing The Room"
Editeur(s)
ECM
Année
2019
Résumé
"Avishai Cohen et Yonathan Avishai se connaissent depuis leur adolescence à Tel-Aviv. Le pianiste fut même de la partie sur les deux albums ECM du trompettiste, Into the Silence et Cross My Palm With Silver. A l’évidence, leur complicité en béton armé leur permet d’improviser librement, de manière ludique et avec beaucoup d’émotion et d’intensité sur Playing the Room, leur premier opus en duo. Comme l'indique le titre de la merveille, les deux Israéliens invitent également le lieu d'enregistrement, l'Auditorio Stelio Molo RSI de Lugano, à faire partie du son en exploitant pleinement ses propriétés acoustiques résonantes. Chacun signe un thème avant de laisser place à un répertoire éclectique où se croisent John Coltrane (Cresent), Duke Ellington (Azalea), Abdullah Ibrahim (Kofifi Blue), Ornette Coleman (Dee Dee), Milt Jackson (Ralph's New Blues), Alexander Argov (Shir Eres) et Stevie Wonder (Sir Duke). Un matériau hétérogène qu’ils transforment en jazz de chambre émouvant et beau." © Marc Zisman/Qobuz
Type de document: CD
CD
Afficher "Révolution"
Editeur(s)
Mirare
Année
2019
Résumé
"Arrêt sur image. Sur la pochette de son album Révolution, David Kadouch est assis au piano, mains en l’air, tout d’ombres chinoises vêtu. Il tente de capturer l'instant, de retenir le temps qui passe. L’entreprise – surprenante d’un artiste qui n’a pas encore 35 ans – prend modèle sur Annie Ernaux et son récit Les Années. Il s’agit de réunir une collection de moments majeurs, ici musicalement consignés, et ce faisant, de prendre place soi-même dans le cours de l’Histoire. Les œuvres choisies par David Kadouch pour donner corps à cet album-concept sont liées à des épisodes collectifs spectaculaires mais aux conséquences individuelles. Outre la célèbre Sonate no 26, op. 81a de Beethoven dite « Les Adieux », plus primesautière et perlée que musclée et colérique, l’Étude révolutionnaire, op. 10 no 12 de Chopin, brillante de virtuosité, on découvre les Souffrances de la Reine de France de Dussek. Prétexte à une suite de pages contrastées en forme de mini-drame sans paroles, cette œuvre, dont l’élégance rappelle peut-être celle de Marie-Antoinette, s’épuise à caractériser ses derniers moments. Mais trop de grandiloquence tue le tragique. Le pianiste, qui semble d'abord avoir confondu bouleversements de l’Histoire et virtuosité, est plus convaincant dans la deuxième partie de son programme avec la Sonate 1.X.1905 de Janácek, Les Soirs illuminés par l’ardeur du charbon et les Feux d’artifice de Debussy et enfin les Winnsboro Cotton Mill Blues de Rzewski, infernale toccata virant au blues. À la démonstration, ces œuvres préfèrent l’évocation ou le pur affect et leur discours aux accents plus intimes sied mieux au propos initial de Révolution." © Elsa Siffert/Qobuz
Type de document: CD
CD
Afficher "Don Shirley Piano"
Editeur(s)
Blue Moon
Année
2019
Résumé
Don Shirley est devenu célèbre - à retardement !- avec la sortie de "Greenbook", film admirable consacré au parcours touchant et beau de ce pianiste idéaliste, et ami magnifique.